3 questions à se poser avant de rencontrer ses parents biologiques

famille biologique

Rencontrer ses parents biologiques pour la première fois n’est pas anodin. Souvent, cela se produit des années après la séparation… et peut avoir des conséquences sur la façon dont nous envisageons la suite de notre vie. Il me semble important de s’être posé les bonnes questions avant.

Les raisons personnelles qui me poussent à écrire cet article :

Avant de commencer, je n’ai moi-même pas eu l’occasion de revoir mes parents biologiques… sachant qu’il n’y a aucune information sur mon acte de naissance ainsi que dans mon dossier désarchivé.

Cet article se base surtout sur les questions que je me suis posées moi-même, dans l’éventualité qu’une rencontre soit possible, et par rapport aux adoptés que j’ai pu voir lors de rencontres associatives ou à mon cabinet. Certains disent apprécier le fait d’avoir repris contact avec leur famille d’origine alors que d’autres disent le regretter amèrement…

En discutant avec ces derniers, nous nous sommes rendu compte que le moment de cette rencontre familiale était peut-être prématuré. La plupart reconnaissent qu’ils ont été absorbés par un désir fort et idéalisé de retrouvaille, leur ôtant tout raisonnement critique.

Je trouve alors important de faire cet article, posant 3 questions principales qui peuvent structurer et assainir les motivations personnelles. Pas plus de questions parce que sinon on réfléchit trop après et on entre dans la paralysie de l’analyse (trop mental).

 

1) Pourquoi voir mes parents biologiques ?

famille biologique

Oui, pourquoi ?

Il y a autant de raisons que de personnes. Si l’on creuse un peu, la raison numéro une est pour poser la fameuse question : “Pourquoi vous m’avez abandonné ?”

Cette question doit être amenée avec finesse et quand le moment est propice… parce qu’elle réveille des souvenirs émotionnellement forts chez les parents biologiques.

Il faut donc comprendre qu’il n’est pas toujours facile pour eux de s’exprimer verbalement lorsqu’on est encore chamboulé par les retrouvailles et “mis au pied du mur” de cette façon. Cela dit, la question sera posée dans tous les cas.

Rares sont les parents qui ont abandonné de gaieté de cœur. Si c’est le cas… réjouissez-vous d’avoir été adopté alors !

La raison pour laquelle vous voulez revoir vos parents biologiques doit être “saine”. C’est-à-dire qu’elle doit apporter quelque chose de bénéfique à chacun qui permettra le développement ou l’épanouissement personnel.

Je dis ça parce que certains peuvent être motivés par une raison “malsaine”. Une raison qui tend vers la revanche comme : montrer à quel point on vaut mieux que sa famille, à quel point ils ont été stupides de vous abandonner, leur faire regretter cet acte…

Tout ça est évidemment motivé par une colère refoulée et qui aura besoin d’être traitée quand le moment sera venu.

Une raison saine par excellence tourne autour de : “Simplement voir de qui je tiens, apprendre à les connaître, à les comprendre et à créer un lien si affinité. 🙂 “

Bien sûr, il y a fort à parier que vous ressentirez une charge émotionnelle forte, dans les premiers temps, qui créera un lien particulier avec ces “inconnus” si familiers pourtant. Mais là encore… le ressenti est propre à chacun.

 

2) Comment vais-je me sentir si ça ne se passe pas comme je l’aurais imaginé ?

On a souvent une vision fantasmée des retrouvailles entre les enfants adoptés et leurs familles biologiques : des cris de joie, des pleurs, de longues embrassades, etc.

C’est comme ça dans les meilleurs cas. Dans les meilleurs cas oui…

Dans les autres, les retrouvailles peuvent être plus pudiques, moins expressives, voire “gênantes”.

Ceci s’explique par le choc des cultures et la différence de classe sociale. Si vous avez eu la chance d’atterrir dans une famille occidentale moyenne, voire aisée, votre famille d’origine venant des bidonvilles du tiers-monde va inévitablement le sentir…

Une adoptée du Brésil m’avait raconté que les retrouvailles avec sa mère et sa sœur biologique étaient plutôt froides et qu’elle se sentait plus considérée comme une attraction par les gens du village, du fait de sa bonne condition physique et de son habillement.

Il arrive aussi que certaines familles demandent plus d’argent que de preuves d’amour à leur enfant biologique.

Avec recul, c’est humain. S’il n’y a pas de connexion (venant du cœur) particulière hélas… mais une opportunité de vivre plus dignement financièrement. Ces gens sont comme nous et cherchent à vivre leur vie.

Donc si vos retrouvailles étaient froides, que vous n’aviez pas les réponses ou l’attention que vous recherchiez, que vous vous rendiez compte que vous apparaissez comme un porte-monnaie potentiel aux yeux de votre famille biologique, qu’elle ne souhaite pas vous rencontrer, ou encore… qu’il ne reste plus personne de votre famille biologique qui soit en vie… comment réagiriez-vous ?

 Si votre réponse tourne autour de : “Je péterais un câble.”, “Je les tuerais ! (sauf dans le dernier cas)” ou “Je ne m’en relèverais pas.” Sachez que vous en attendez beaucoup trop.

 

Bonus : Suis-je capable de m’en relever ? Si oui, comment vais-je m’y prendre ?

Si vous ne vous sentez pas capable de vous en relever, reconnaissez-le dans un premier temps. Prenez le temps nécessaire pour ressentir l’anéantissement que provoque cette éventualité en vous (sans partir dans le mental ; restez dans votre ressenti). Simplement parce que c’est votre ressenti.

Puis dans un deuxième temps, rappelez-vous qu’en dehors d’être un enfant biologique, vous êtes un individu à part entière. Vous avez des qualités et vous avez su mener votre vie  jusqu’ici… aussi “difficile” qu’elle ait pu être si c’est le cas.

L’amour et l’attention que vous devez recevoir ne sont principalement donnés que par vous-même.

Préparez des alternatives qui vous aideront à vous ressaisir. Rappelez-vous qui vous êtes. Prenez confiance en vous.

Si ceci vous semble compliqué… un travail personnel vous attend. Vous pouvez le faire seul par rapport aux nombreuses ressources que vous avez sur ce blog et ailleurs… Ou en vous faisant accompagner par un professionnel pouvant comprendre la problématique de l’adoption.

 

3) Suis-je prêt à me lancer dans cette quête ?

Rechercher ses parents biologiques peut être une longue quête. Certains savent qu’ils en ont pour plusieurs mois, voire plusieurs années.

Cela demande du temps et parfois de se lancer dans un combat administratif. Celui de votre pays d’adoption en plus de votre pays d’origine dans certains cas.

Envoyer un courrier puis attendre la réponse… Se rendre à l’administration d’ici, puis celle de là-bas… Investir dans un voyage (votre “retour aux sources”)… Trouver les personnes ou moyens pouvant vous aider à rencontrer vos parents biologiques, s’ils sont encore en vie…

Cependant, ça peut être rapide si vous avez des noms et adresses sur votre acte ou dans votre dossier de naissance. Pour les autres… cela implique d’être motivé et persévérant.

Voici quelques pistes pour commencer vos recherches :

Le CNAOP

La MAI

L’AFA

L’EFA

Ainsi que l’association dans laquelle j’ai été responsable de l’antenne Rennes :

La Voix Des Adoptés

Vous trouverez de nombreux groupes Facebook qui vous permettront de poser des questions aux personnes ayant déjà fait les mêmes démarches que vous.

 

Conclusion et mon conseil :

Si vous avez réussi à répondre à ces 3 questions dans le bon sens, il y a de fortes chances que votre quête soit satisfaisante.

Certains aspects peuvent être plus difficiles à assimiler que d’autres… et je comprends. Il vous faudra alors prendre quelque temps pour vous-même afin de vous lancer dans de meilleures conditions.

Si vous voulez entamer un travail personnel ou avoir quelques réponses pouvant vous éclairer un peu plus… Vous pouvez réserver votre séance avec moi sur cette page.

Jocelyn Le Guen

Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire