Comment annoncer à son enfant qu’il a été adopté ?

annoncer

Nous abordons un sacré sujet dans cet article puisqu’il n’est pas à prendre à la légère… Comment annoncer à son enfant qu’il a été adopté ? Je vous confie mon point de vue en tant que psycho-praticien et adopté.

Merci à une mère adoptive inscrite à ma liste mail de m’avoir inspiré le sujet… même si je ne risque pas de me faire des amis avec cet article !

Pourquoi certains parents cachent à leurs enfants qu’ils sont adoptés ?

secret

Tous les parents veulent une chose simple (et pas si simple à la fois) : le bonheur de leur enfant.

Annoncer à son enfant qu’il est adopté, c’est prendre le risque de le “perturber”.

On préfère donc le “protéger” dit-on.

Cependant, si on observe de plus près… les raisons sont plus égoïstes qu’on ne le pense :

  • Peur de ne plus être reconnu comme parent et de perdre l’amour de son enfant
  • Peur de perdre son respect
  • Peur que cela perturbe sa vie scolaire ou personnelle
  • Peur que les choses ne se passent pas comme on l’avait imaginé avec lui…

Mais qui protégeons-nous dans ce cas-ci finalement ?

Un enfant qui risque d’être choqué par la nouvelle et de l’intégrer à son histoire ?

Ou des parents qui ont peur de voir le comportement de leur enfant changer à leur égard ?

Je ne cherche pas à condamner TOUS les parents qui cachent à leur enfant qu’il a été adopté.

Certaines circonstances qui ont conduit à l’adoption peuvent être traumatisantes : histoire de viol, décès d’un des parents biologiques, famille instable, voire assassinat… la liste “glauque” peut être longue…

Dans ces conditions… on peut en effet se demander si toute vérité est bonne à dire. D’où le dicton : “Ce qu’on ne sait pas n’affecte pas.”

Alors pourquoi ne pas garder ce secret afin de ne blesser personne ?

Pourquoi dire à votre enfant qu’il a été adopté ?

protéger

Si vous suivez mon blog, vous savez que la séparation avec la mère biologique laisse des traces dans le cerveau émotionnel de l’enfant, quel que soit son âge.

Sans pouvoir l’expliquer, votre enfant pourra avoir un sentiment de décalage avec votre famille ou/et la société. L’impression de ne pas trouver sa place…

S’il sait développer des mécanismes de refoulement face à cette situation… il aura alors une chance de vivre une vie épanouie du point de vue conscient. Inconsciemment, quelque chose restera toujours irrésolu…

Cette situation peut très bien durer toute sa vie, comme faire de lui une bombe à retardement…


Lors des consultations, j’ai rencontré des adoptés dont leurs parents avaient cachés leur adoption. Résultat : ils avaient le sentiment d’être passés à côté de leur vie et étaient dévastés…

Le travail fut de les accompagner dans cette renaissance. Fragiles peut-être… mais nous avons exploré de nouvelles facettes d’eux-mêmes qu’ils ont longtemps refoulées. Ils s’autorisaient enfin à être eux-mêmes, même si ce secret aura laissé de nombreuses séquelles, dues à de nombreuses souffrances impossibles à exprimer dans le passé.


L’enfant se souvient… comme l’adulte. Selon moi, c’est une preuve de malveillance envers soi de croire qu’on oublie avec le temps. Nous n’oublions jamais… le corps garde la trace de chaque mémoire.

Même si votre enfant n’est pas informé du fait qu’il a été adopté… inconsciemment, il le sait déjà.

Je vous invite à lire les articles du blog pour mieux comprendre pourquoi, si ce n’est pas déjà fait.

De mon point de vue, autant que votre enfant soit au courant de tous les éléments de son histoire maintenant afin de se construire avec, plutôt que de ne commencer à le faire qu’à la moitié de sa vie… voire jamais.

Quand et comment dire à votre enfant qu’il a été adopté ?

enfant adopté

Si vous vous posez la question… vous faites le bon choix.

Et si l’adoption s’est passée dans des conditions choquantes… sachez qu’il n’y a pas de façon “idéale” d’annoncer cette vérité.

Seulement deux choix s’offrent à vous :

  • Soit vous cachez une part de l’histoire à votre enfant, prenant le risque qu’un jour il le découvre, qu’il soit dévasté et qu’il vous le reproche amèrement… voire coupe les liens avec vous.
  • Soit vous redonnez à votre enfant cette part de son histoire qui lui appartient et l’aidez à se construire avec.

Le choix “joker” serait donc de lui cacher son adoption et d’espérer qu’il ne vous en veuille pas le jour où il le découvrira. Sauf que vous ne comptez que sur l’espoir…

Quand dévoiler la vérité ?

1) Le plus tôt possible (dès l’âge de comprendre).

Je vais vous faire part de mon expérience personnelle pour vous dire comment on me l’a annoncé :


Quand j’étais petit, je devais avoir 3 ou 4 ans, je me rappelle que je jouais à l’étage de ma maison en haut des escaliers. Puis, ma mère est arrivée près de moi. Elle s’est mise à ma hauteur et m’a dit gravement : “Jocelyn, il faut que je te dise quelque chose, c’est important…” accentuant bien sur le fait que je devais ouvrir grand mes oreilles.

“Tu as été adopté. Tu sais ce que ça veut dire ? Que nous ne sommes pas tes vrais parents.” Je ne me souviens plus des mots exacts mais c’est comme ça que je l’ai compris.

J’ai répondu : “Oui, je sais.” mais dans l’esprit “Je le sais déjà.”. Je me rappelle qu’en effet, j’étais nullement étonné de la nouvelle.

Ma mère m’a laissé continuer à jouer.


Je suis incapable de vous dire si ma mère me l’avait dit avant. Elle ne s’en souvient plus et moi non plus. Cependant, vous pouvez constater que mon adoption était une évidence au fond de moi.

Je vous conseille d’ajouter à votre annonce que même si vous n’êtes pas ses parents de sang, vous êtes ses parents de cœur et que vous l’aimez autant que s’il était votre enfant biologique.

2) À l’adolescence.

Si votre enfant est adolescent, il est en plein dans la période où il construit son identité. Lui annoncer son adoption risque de rendre votre relation explosive mais c’est le dernier moment où vous pouvez limiter les dégâts “identitaires”.

Comment ?

Prenez un temps en famille pour annoncer la nouvelle. Si les conditions de l’adoption ont été choquantes, vous pouvez les lui raconter seulement s’il est d’accord pour les entendre. Puis, demandez-lui ce qu’il ressent.

Son adoption pourrait lui apporter des explications sur de nombreux ressentis qui le perturbent dans sa vie d’adolescent… et c’est une bonne chose.

S’il est en colère contre vous, sachez le comprendre… et dites-le lui. Ce n’est agréable pour personne d’avoir porté ce lourd secret. Il y a donc un temps d’intégration à respecter.

Dites-lui aussi que vous l’aimez aussi fort que s’il était votre enfant biologique.

3) À l’âge adulte.

Si votre enfant est adulte… il est important de prendre un moment en famille également pour en parler. Comme pour l’adolescent, c’est à votre “grand enfant” de savoir s’il est prêt à entendre les conditions de son adoption si elles sont choquantes.

Dans tous les cas, il doit être au courant qu’il n’est pas votre enfant biologique… mais de cœur.

Et… dites-lui aussi que vous l’aimez aussi fort que s’il était votre enfant biologique.

Votre rôle en tant que parent est de faire de votre mieux…

Vous devez alors donner toutes les clefs à votre enfant pour qu’il puisse avancer au mieux dans sa vie personnelle. Qu’importe s’il vous en veut. À vous de comprendre qu’en tant que parent, vous avez fait de votre mieux… et c’est l’essentiel.

Conclusion

Je vous rappelle que si vous annoncez à votre enfant qu’il a été adopté, ce n’est pas pour vous seulement… mais pour lui aussi.

Si malgré cet article, vous avez du mal à vous imaginer lui annoncer une telle nouvelle ou que vous avez des doutes… Je vous invite à en discuter ensemble en réservant un entretien téléphonique sur cette page.

Jocelyn Le Guen

Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire