Comment se libérer du faux moi et être vous-même ? (5 méthodes)

www.sadoptersoi.com
Photo du tableau de Lorenzo Lippi, L’Allégorie de la Simulation, vers 1650 par Jean-Pierre Dalbéra

 

Quand on est adopté, dans certains cas, être Soi est une énigme permanente. Ayant vécu par le Moi adaptatif (le faux Moi), le rapport au Vrai Moi a été dévié trop tôt, et brouille les pistes qui mènent vers le Soi. Il y a néanmoins des situations dans lesquelles nous sommes détendu(e)s, des endroits ou des personnes avec lesquelles nous sommes nous-même. Et on aimerait que ce soit le cas dans tous les domaines. Il y a une façon de l’être en effet.

 

Le Vrai Moi, un chantier interrompu :

 

Le Vrai Moi est autrement appelé notre caractère. Son développement a été interrompu par la séparation entre le bébé et sa mère de naissance. L’arrivée d’une mère « nouvelle » (adoptive) va accentuer l’urgence de s’adapter (instinct de survie). A ce moment là, un autre Moi va se construire. Celui qui sera destiné à plaire aux autres. Nous l’appelons donc Moi adaptatif ou faux Moi.

Dans les familles biologiques, la questions de construire un faux Moi se pose moins, puisque l’enfant a un reflet génétique auquel se référer. Il ne se sent pas différent de sa famille et n’éprouve donc pas le besoin urgent de « s’intégrer ».

Le but sera donc de reprendre la construction du « chantier » du Vrai Moi par plusieurs petites actions, dans un premier temps, par les points qui suivent.

 

1) Comment vous débarrasser de votre masque  ? (Moi adaptatif)

 

Le Moi adaptatif (ou faux Moi) perdure au-delà de vos relations avec vos parents adoptifs. Ils peut être présent avec vos relations extérieures, sociales, professionnelles et même amoureuses. Chercher à être quelqu’un d’autre pour plaire à l’autre, n’est pas une situation de détente… Vous êtes constamment à cerner les attentes ou préférences d’autrui en oubliant les vôtres. Vous n’êtes même plus dans le moment présent. Emprisonné par le stress du moindre changement.

 

  • Donc pensez à votre bien-être quand vous passer un moment avec d’autres personnes avant tout. -Rappelez-vous que vous êtes au présent.
  • Partagez vos émotions agréables de vive voix (verbalisez)  : C’est toujours agréable d’écouter quelqu’un manifester son contentement face aux choses de la vie. Même si certains vont sourire face à cette spontanéité, les gens vous écouteront, ressentiront votre bien-être et développeront le leur en votre compagnie.

(D’autres actions plus approfondies sont possibles par ce que je proposerai prochainement dans mon prochain Ebook)

 

2) Être Soi, qu’est-ce que c’est pour vous  ?

 

Il faut être un peu méthodique pour répondre à cette question si elle est, de base, compliquée pour vous.

 

En 3 étapes  :

 

  • Posez-vous la question  : Qu’est-ce que c’est être Soi pour nous ? Est-ce se sentir détendu  ? Pouvoir dire ce qu’on pense spontanément  ? Parler sans se sentir juger  ?… Toute réponse est possible.
  • Répondez donc à cette question par vagues : en faisant des réponses rapides (les premières qui vous viennent à l’esprit), puis répondez encore, d’autres réponses viendront. Faites 3 à 5 vagues.
  • Faites une pause pour les relire. Mais cette fois-ci, approfondissez les réponses qui vous semblent nouvelles  ! C’est les réponses de la dernière vague sont surement celle qui se rapprochent le plus de votre subconscient. C’est ainsi que vous construirez une partie de votre définition personnelle.

 

3) Dans quelles situations l’êtes-vous  ?

 

liste Vrai Moi
Photo par Manuel Schmalstieg

 

Il y a des situations dans lesquelles on se sent mieux que d’autres. Peut-être que c’est avec des ami(e)s, peut-être que c’est lorsque vous pratiquez une activité particulière…

 

Il y a 3 actions à mettre en pratique, simples, que vous pouvez mener seul(e) de l’intérieur  :

 

  • Trouvez ces moments dans lesquels vous vous sentez le mieux. Car ils sont effectivement précieux.
  • Listez-les.
  • Puis replongez-vous dans leurs souvenirs en ressentant les émotions agréables  : Vous sentiez-vous libre  ? Détendu  ? Plus confiant en vous  ?… En travaillant dans de plus en plus de situations, c’est comme ça que vous pouvez être.

 

4) Pouvez-vous lier des activités ou des situations pour être Soi  ?

 

C’est en quelque sorte la suite des actions précédentes  : Vous pouvez être vous dans une activité dans laquelle vous ne l’êtes pas habituellement. C’est peut-être compliqué à croire, mais il y a bien un moyen. Et ce moyen est celui de reconnaître pourquoi vous ne l’êtes pas à tel moment, avec telle personne ou dans telle situation. Ça demande de plonger un peu dans soi, fouiller un peu nos doutes et nos faiblesses.

 

Un moyen simple de pouvoir le «  conscientiser  »  :
  • L’écriture, que je ne recommanderai jamais assez  ! Parlez à vous-même et n’ayez pas peur d’écrire ce qui vous passe par la tête même si ce n’est pas acceptable de penser comme-ci ou comme ça. Rappelez-vous que c’est un moment de discussion avec vos facettes subconscientes.

 

Une fois les faiblesses reconnues, face à la réaction de votre Ego, vous pourrez avoir un recul. Ce recul vous permettra de vous rendre compte que les pensées handicapantes que vous vous répétez ne sont pas si crédibles que ça… Qu’elles n’ont pas autant de poids que vous leur accordiez.

 

5) Quels sont VOS goût ?

 

Vrai Moi
Photo par Campus France

 

Il s’agit de vous connaître un peu plus, en séparant ce que vous faites pour vous et non pour les autres. Faites alors la liste de ce que vous faites dans la vie et de ce que vous aimez.

Exemples :
  • Vous faites des footing. Est-ce le sport qui vous fait sentir bien ou est-ce parce que votre entourage en fait ? Il n’y en aurait pas un autre qui vous attirerait plus ?
  • Vous allez au cinéma. Aimez-vous aller au cinéma ou c’est parce que vos ami(e)s veulent y aller ? Ne préférez-vous pas passer votre soirée tranquille à lire un livre chez vous ?
  • Vous choisissez des vêtements « tendance ». Est-ce pour vous sentir bien vis à vis de vous ou être en accord avec les goûts des autres ?

 

Plus simple :

Quelle est votre couleur, votre plat, votre déssert, votre style de musique, auteur(e), sport, type de sortie,  préféré(e)… ?

(vous pouvez en avoir plusieurs, pas besoin de n’en choisir qu’un(e).)

Toutes ces questions simples vous amènent à un peu plus vous définir en tant que personne, et à vous aider à vous lier aux autres plus facilement.

 

LE BUT :

 

Le but est de pouvoir défendre vos goûts face à quelqu’un. Par exemple, avoir des opinions politiques différentes de vos parents n’est pas « catastrophique ». Ce ne sont que des opinions. Ça ne veut pas dire qu’on ne s’aime plus ou qu’on va se rejeter. Là encore, la différence est à faire entre Personnalité et Comportement. Si on n’est pas d’accord avec vous, ça ne veut pas dire qu’on vous rejette vous en tant que personne, mais qu’on rejette plutôt vos idées.

Et surtout, ne pas confondre débat avec dispute. Un débat est un échange d’idées. Qui dit échange, dit enrichissement. Ceci vous permet de vous ouvrir à de nouvelles idées. Pareil pour l’autre. Ça a finalement du bon 😉

 

Conclusion  :

 

Bien que le sujet mériterait d’être encore plus creusé, ces principes de base sont un bref aperçu de ce qu’être Soi évoque chez chacun. Le commencement de la reprise du chantier du Vrai Moi.

Si vous avez pris le temps d’écrire ce qu’est être Soi, les situations dans lesquelles vous l’êtes et pourquoi vous ne l’étiez pas dans certaines autres, alors vous avez les clefs pour entamer votre connexion avec ce que vous êtes réellement, avec votre Vrai Moi. Et c’est le challenge qu’en tant qu’adopté je m’efforce moi-même d’appliquer tous les jours.

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez faire un don, ou dire ce que vous en avez pensé dans les commentaires.

FAIRE UN DON

.

Souvenez-vous de ce que disait Marshall Rosenberg : « Ne faites rien qui ne soit pas du jeu. » 🙂

 

2 réflexions sur « Comment se libérer du faux moi et être vous-même ? (5 méthodes) »

Laisser un commentaire