Comment être Soi en amour ? (Les îles affectives)

Photo par Guy Mayer
Photo Guy Mayer

La métaphore des 3 îles affectives au sein d’une relation amoureuse, montre comment ne pas s’éloigner de nous-même et d’apprendre à nous y comporter. C’est une façon de mener une relation dans le respect des 2 partis.

1) De l’île du Soi à l’île relationnelle  :

 

Imaginez, vous êtes sur une îles et quelqu’un vient à vous, venant d’une île lointaine et vous propose de vivre avec lui/elle sur une île à mi-chemin. Vous acceptez. A partir de là vous devez aménager cette nouvelle île avec votre nouveau/nouvelle partenaire afin de vous y entendre au mieux. Vous construisez tout les deux une base agréable, vous êtes dans l’action et la cohésion. De plus, chacun a toujours un œil sur son île puisque vous y êtes à mi-chemin  : C’est la façon la plus raisonnée et respectueuse de vivre avec l’autre, tout en se rappelant de nous-même (notre personne, nos envies personnelles, ambitions…)

Il vous arrivera de faire fréquemment des allés-retours sur votre île pour rapporter vos richesses sur l’île relationnelle. Vous y retournerez aussi pour en découvrir les parts inexplorées (les zones d’ombre) : ces facettes de vous-même que vous connaissez mal. Ainsi il y aura toujours un renouvellement de ce que chacun pourra apporter à l’autre.

 

2) De l’île relation à île du Soi de l’autre  :

 

Au bout d’un moment (on va dire que ce sera vous qui faites le «  mauvais pas  »), vous vous sentirez bien dans votre confort de l’île relationnelle. Vous vous direz que le confort de l’île de l’autre doit être encore plus confortable car ce dernier à apporter des choses différentes. Ce qui vous plait énormément puisque vous n’aurez plus à vous embêter avec votre île, vous voulez de la nouveauté, toujours plus… En tant qu’adopté, ce sera l’espoir de retrouver l’affection et la proximité perdue. Celle de la fusion vécue avec mère biologique durant la période consolidant le Self, qui a été inachevée. L’adopté fuit sa zone d’ombre (blessure de la séparation). Soit votre partenaire s’oppose et vous barre l’accès à son île, par respect pour son intimité (parce que lui/elle aussi a ses zones d’ombre) et ses ambitions personnelles, soit il accepte, à tort, et vous laisse-y aller.

Vous êtes sur l’île de l’autre, beaucoup plus éloignée de la votre, sur laquelle vous n’avez plus de point de vue. Peu à peu, vous l’oubliez… Au bout d’un moment, paradoxalement, elle va vous manquer, alors vous allez explorer l’île de votre partenaire, qui lui/elle a besoin de vous sur l’île relationnelle  ! Vous ne serez plus à la relation, vous serez à ce désir de fusion, de ne plus vous occupez de votre île et de tout prendre à l’autre au final, une logique d’Ego.

www.sadoptersoi.com
Photo par Daniel Perries

Votre partenaire devra prendre la décision soit de vous secouer pour que vous reveniez à la raison et au respect, ou soit de vous rejeter en se séparant de vous. Vous serez alors contraint de revenir sur votre île, seul, à la nage.

 

3) Retour à l’île du Soi :

 

Vous vous êtes tellement éloigné de votre île que vous ne savez plus exactement ou elle est, ni à quoi elle ressemble. Ce sera alors un long voyage/naufrage  ; vous nagerez, vous fatiguerez, parfois vous coulerez puis vous vous remettrez à nager… Vous repasserez devant l’île relationnelle. S’en suivra tous les symptômes d’une déprime (voire dépression) post-rupture amoureuse.

Peu à peu, vous apercevrez votre île à l’horizon. Vous vous souviendrez de ce que vous aviez laissé, de vos envies et ambitions personnelles, de ce que vous aviez à donner aux autres et de ce que vous vous apportiez à vous-même. Vous reprendrez votre place dans l’île du Soi, la votre.

Photo par Perlaroque
Photo par Perlaroque

Vous vous souviendrez que vous aviez des zones d’ombre à explorer chez vous. Deux choses alors peuvent se produire :

-Soit vous décidez que ce n’est pas grave, en sachant que vous prenez le risque de reproduire le même genre d’histoire (avec la même fin) lorsque quelqu’un d’autre se présentera : Décision déresponsabilisante menée par l’ego qui estime que ce sont aux autres de s’adapter à vous.

-Soit vous acceptez d’en avoir et prenez votre courage à deux mains. Allez explorer ce que vous êtes pour apprendre à mieux vous connaître ! Ces richesses que vous aurez vous seront utilisables dans une prochaine relation. Vous serez mieux à même de comprendre l’autre également.

 

Conclusion  :

 

La société moderne à tendance à nous montrer un amour Egoiste, où l’un doit s’abandonner à l’autre. L’amour voguant sur les plaisirs immédiats, la passion, la magie éphémère. Toutes ces choses qui nous poussent au sentiment de fusion vécue avec notre mère, à notre entrée dans la vie.

Il ne faut pas oublier que nous sommes dans une société d’économie et que ce qui fait vendre est ce qui fait rêver. Et nous avons besoin de rêver car nous sommes dans la réalité. Une réalité que nous avons du mal à affronter à cause de cette blessure de séparation, et du contraste par rapport aux rêves martelés par les médias… Il faut bien distinguer, l’amour fictif de l’amour véritable. L’amour véritable se construit sur l’île relationnel, mené d’échanges, de réflexions et de cohésions par ce que chacun apporte à l’autre. Et pour apportez à l’autre, il faut s’apporter des choses à soi, garder un point de vue sur notre île à nous. L’amour Egoiste est un amour déresponsabilisant. N’écoutant que SON désir (et même besoin) de fusion. Déresponsabilisant de ce qu’est une relation, de nos obligations envers nous-même et par conséquent envers la relation. L’amour véritable nous pousse à l’effort quotidien. Moins attrayant que l’amour fictif certes. Mais vos efforts sont accompagnés par les efforts de l’autre, de l’effort à deux. Vous savez désormais ce qu’être Soi en amour implique, autant pour l’un que pour l’autre  : Savoir séparer sa blessure (du passé) de sa relation (présente), pour mieux s’occuper de chacune.

VOIR LA VIDÉO DE CET ARTICLE ICI

 

Cette métaphore vous parle  ? Mettez-y vos impressions en commentaires 🙂

Laisser un commentaire