Click to listen highlighted text!

Comment s’adopter soi ?

enfant adopté

S’adopter soi veut dire de nombreuses choses, qui méritent d’être détaillées, au même titre que S’aimer soi-même. Je vous explique mon concept dans cet article

 

Comment s’adopter soi ?

 

Avant de lire : Les points qui vont suivre découlent de mon expérience personnelle et des rencontres que je suis amené à faire par ma profession de psychopraticien. Si vous avez d’autres points à ajouter, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires !

 

Reconnaître son histoire :

 

La première étape, qui me semble la plus importante, est de reconnaître notre histoire. Pour cela, pas besoin d’avoir la totalité des informations sur sa famille biologique ou d’être un expert en la culture de son pays de naissance. Le simple fait de reconnaître que vous avez été adopté est ce qui vous représente. Je ne dis pas que vous êtes défini par l’adoption seulement, puisque plein de choses vous ont construit depuis, mais qu’elle en fait belle et bien partie.

Cela paraîtra logique pour certains alors que pour d’autres, se reconnaître comme adopté n’est pas si facile à faire, même après des années de vie dans notre famille adoptive (ou famille tout court).

Si l’exercice vous semble particulier, apprivoisez votre culture d’origine et le fait que même si vous vous considérez (peut-être) comme abandonné(e), vous avez été porté(e) par une femme, que vous connaissez ou non, pendant 9 mois de votre vie. Une femme qui a partagé un bout de son histoire avec vous. Vous avez donc toujours cette connexion profonde avec vos racines, à l’intérieur de vous, que ce soit conscient ou non.

 

Reconnaître vos émotions :

adopté émotions

Pour cela, il faut que vous preniez du temps pour vous. Vous avec vous-même.

Je le répète sur mon autre blog S’aimer Soi, vous ne pouvez pas être vous-même si vous ne reconnaissez pas vos émotions.

Beaucoup d’entre elles vont peut-être découler de vos ressentis vis-à-vis de votre histoire, ou d’un vide que vous avez depuis toujours. Acceptez-les. Vous ne pouvez pas vous encombrer en plus de jugements drastiques sur ce qui vous traverse. Ce n’est pas “bien ou mal”, c’est ce qui est. Vous ne savez peut-être pas pourquoi, mais c’est ce que vous ressentez.

Vous avez donc le droit de pleurer, d’exprimer votre colère (à condition que vous ne blessiez personne), ou d’être fatigué(e) si c’est ce que vous ressentez. Vous n’êtes qu’humain, et être perfectionniste par peur du rejet de vos parents ou de la société ne servira qu’à vous épuiser encore plus, ce qui vous amènera à l’abandon de vos tâches et au possible rejet que vous craignez tant.

Donc, ça ne sert à rien de fuir quelque chose qui est déjà là. Reconnaissez sa présence et communiquez avec.

 

Apprendre à être vous-même :

 

Être vous-même, c’est d’appliquer en grande partie le point précédent, à savoir reconnaître les émotions qui vous traversent et ce, sans les juger. Puis le mieux est d’agir en fonction.

Certains adopté(e)s que je rencontre sont dans une réflexion personnelle intense qui les pousse à créer (souvent de belles choses) ou à se dépasser dans une discipline : Certains c’est le dessin, la musique, la peinture, d’autres c’est un sport ou leur carrière professionnelle.

Ceci dit, il y a une chose importante que toutes ces activités ont en commun :

Roulement de tambours…

C’est l’alignement ou l’accord.

Ces adopté(e)s qui étaient en souffrance sont pleinement en accord lorsqu’ils sont en train de mener l’activité qui les anime. On pourrait parler de passion, et c’est ce qui fait qu’ils font bien leur travail. Après accompli leur(s) tâche(s), ils se sentent mieux.

Contrairement à des adopté(e)s qui dépensent leur énergie dans des choses qui ne les animent pas personnellement. Comme de nombreux êtres humains qui s’épuisent dans un travail qui ne leur plaît pas. C’est là que les cas de burn-out (et bore-out) ou de dépression arrivent.

 

Voyez l’enfant qui est en vous et donnez-lui de l’amour !

enfant adopté

Il y a un enfant en chacun de nous. Certains communiquent plus ou moins avec lui que d’autres. Cette enfant porte aussi votre histoire et en sait peut-être même plus que vous dessus. Le plus souvent, il a envie de la partager. Si vous coupez les vivres avec lui, il sera triste de ne pas pouvoir le faire et vous ressentirez une tristesse lors de certaines journées sans savoir pourquoi.

Il est donc important d’aller à la rencontre de votre enfant intérieur. Ça n’a rien de compliqué, vous le faites dés que vous prenez du temps pour ressentir ce que vous ressentez. Peut-être qu’au départ, il y aura de la peur et de la tristesse à évacuer un peu, puisqu’elle s’est accumulée si vous n’avez pas vu votre enfant intérieur depuis longtemps. Ensuite, vous pourrez discuter avec lui, et vous connaître un peu mieux. Sachant que notre mission de vie est de mieux nous connaître selon la spiritualité.

 

Conclusion :

 

Je vous donne une mission d’ailleurs, celle d’adopter votre enfant intérieur à votre tour. Comment vous le traiterez ? Quelle attention vous lui porterez ? Quel amour allez-vous lui donner ? Imaginez que vous adoptiez un enfant, ce serait la même chose, les mêmes émotions qui vous habiteraient, sauf que là, c’est vous-même.

Au travail ! Et partagez-moi vos expériences dans les commentaires 😉

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Click to listen highlighted text!